Secret de séduction 1: Choisir une personnalité compatible avec la nôtre

De nombreux échecs sentimentaux sont liés à un mauvais choix de départ.  Dans l’enthousiasme du début de la rencontre,  on se met souvent en couple avec une personne qui - au fond - ne nous convient pas du tout. A la lumière de la recherche en psychologie et de la clinique du couple, nous allons tenter de comprendre quelles types de personnalités sont compatibles ou pas... 

Article rédigé par Pascal de Sutter et Morgane Xhonneux

Les opposés s’attirent ?

Tout le monde connaît l’adage populaire « en amour, les opposés s’attirent ». Cet adage se fonde sur une part de vérité. En effet, afin de limiter les maladies génétiques, il semblerait que les mammifères cherchent à se reproduire avec des partenaires génétiquement différents. Chez les humains, nous sommes également souvent attirés par des personnes qui nous sont relativement différentes (exemple une petite femme blonde peut être attirée par un grand homme aux cheveux foncés). 

 

Mais cela reste "relatif". Lorsque la différence est trop marquée l’attirance diminue. En effet, il est plus rare qu’un homme scandinave soit sexuellement attiré par une femme papoue pygmée de Nouvelle Guinée. En réalité, l’attirance relative pour la différence est en grande partie contrebalancée par le phénomène sociologique d’endogamie (propension à choisir son partenaire au sein de son propre groupe culturel et socio-economique). En résumé, même si la différence nous attire, nous choisissons souvent nos partenaires de vie au sein de la même classe sociale et le même milieu culturel. 

 

Sur le plan psychologique, nous ressentons aussi régulièrement une attirance pour des profils de personnalité différents du nôtre. Et parfois même opposés, d’où l’expression les contraires s’attirent. Nous éprouvons de la fascination pour des gens qui possèdent des caractéristiques, des qualités et des talents que nous n’avons pas. Et la fascination est une dimension importante de la séduction qui conduit au sentiment amoureux. Ainsi, un homme timide et modeste tombera volontiers amoureux d’une femme pleine d’assurance et d’audace. Il est donc tout à fait compréhensible de ressentir de l’attirance, du désir et des sentiments amoureux pour des personnes qui nous sont très différentes. La question est de savoir si cela fonctionne sur le long terme ?

 

Qui se ressemble s’assemble ?

En contradiction apparente avec le précédent adage, on entend souvent des gens dire : « Ces deux-là sont faits l’un pour l’autre, ils ont tant de points en commun qu’ils vont tomber amoureux: qui se ressemble s’assemble ». La contradiction n’est qu’apparente car il existe une différence majeure entre le fait d’être attitré par une personne et la décision de vivre ensemble. Si une femme sage peut préférer un « badboy » pour une brève aventure, il est plus probable qu’elle choisisse un homme plus « classique » et stable pour construire sa vie. Mais est-il préférable de construire sa vie avec une personne possédant une personnalité similaire ou complémentaire ?

 

Similaires ou complémentaires ?

Un profil de personnalité similaire signifie qu’il est très proche du nôtre. Par exemple, vous êtes timide et taiseuse et vous vous mettez en couple avec un homme également très introverti et peu bavard. Si vous aviez choisi – a contrario – un homme volubile, affirmé et extraverti on dirait qu’il possède une personnalité complémentaire à la vôtre. Un bavard est complémentaire à une taiseuse, un avare à une dépensière, un égoïste à une altruiste, et ainsi de suite… 

 

Les rencontres amoureuses avec des personnes complémentaires sont très intéressantes et bouleversantes. Car elles nous obligent à sortir de notre zone de confort et à nous habituer à quelqu’un de très différent. Ainsi une personnalité hyperactive forcera une personnalité très calme à bouger et lui fera découvrir une vie plus trépidante. Par ailleurs on peut parfois très bien se compléter si l’un est plus rêveur et imaginatif tandis que l’autre est plus rationnel et pragmatique. Cela constitue parfois des équipes formidables.

 

Au contraire, les couples similaires ont l’avantage de vivre une sensation de confort psychologique. Ils ont souvent les mêmes goûts, les mêmes rythmes de vie, les mêmes manières de fonctionner. Ils ont l’impression de « déjà se connaître » même s’ils en sont au début de la relation. 

 

Qu’en est-il sur le long terme ? 

Si l’on en croit les études scientifiques, les couples similaires ont beaucoup plus de chance de durer sur le long terme.  Selon une étude effectuée en 2008 par Rammstedt et Schupp , la congruence entre la personnalité des époux pour plusieurs facettes de personnalité renforcerait la satisfaction conjugale et favoriserait l’union à long terme des partenaires. En résumé, si Monsieur est friand d’aventures et de découvertes alors que Madame préfère rester tranquillement à la maison ou que Madame est de nature très ordonnée et méthodique tandis que Monsieur agit en fonction de ses impulsions du moment, il y a peu de chance pour que leur union soit durable à long terme. 

 

Une étude récente de 2016 menée par Bahns, Crandall et leurs collègues   a aussi révélé des résultats très intéressants. Dans cette étude, les chercheurs ont analysés 1.523 dyades (amis ou  couple). En analysant la personnalité de chaque partenaire de la dyade, il a pu être démontré que les membres d’une même dyade partageaient les mêmes valeurs et les mêmes points de vue fondamentaux. Afin de vérifier si ces similarités étaient dues à une quelconque influence sociale (C’est bien connu, à force de se côtoyer on finit par se ressembler) ou à une ressemblance initiale, une seconde étude a été menée. Dans cette seconde étude, les dyades étaient formées aléatoirement avec des individus sans aucun lien amical ou conjugal. A la suite de cette expérience, il a été démontré que les personnes qui avaient le plus de similarités entre elles étaient le plus enclines à continuer à échanger et à poursuivre l’expérience ensemble. En conclusion, les personnes préféraient côtoyer et s’engager dans une relation avec des individus possédant une personnalité initialement assez similaire à la leur. De même, au niveau de la composante sociale, géographique, ethnique, physique ou religieuse, on peut constater que la préférence va à la similitude plutôt qu’à la différence. 

 

On peut expliquer les résultats de ces études assez simplement. Il est excitant de vivre une histoire d’amour avec quelqu’un de très différent du point de vue de la personnalité (complémentaire). Dans un premier temps c’est génial de vivre avec quelqu’un qui range nos affaires quand nous sommes désordonnés, qui nous calme dans nos envies fantaisistes, qui nous canalise dans nos élans impulsifs. Mais après quelques années les disputes se multiplient car on perd la patience des jeunes amoureux. On voit moins les belles différences et davantage les vilains défauts. Le désordonné fantaisiste finit par ne plus supporter les critiques de son épouse ordonnée et rationnelle. Et elle en a marre de devoir toujours ranger le désordre et réparer les bévues de son mari tête en l’air. Les risques de séparation sont donc beaucoup plus élevés.

 

Quelles personnes sont compatibles ?

Il ressort donc de nombreuses études que les couples qui se ressemblent sont ceux qui ont le plus de chance de rester amoureux longtemps et de perdurer. La ressemblance ne doit pas être physique. Un homme et une femme très dissemblables sur le plan physiques peuvent être très compatibles sur le long terme. 

 

Par contre, de grandes différences au niveau du milieu socio-culturel sont plus délicates à gérer sur le long terme et les risques de rupture sont plus élevés. Certes, il est exaltant de vivre le grand amour avec quelqu’un d’un milieu et d’une culture très différente. C’est une expérience d’une grande richesse intellectuelle et émotive. Mais les risques statistiques de séparations sont très élevés. De plus, selon les milieux socio-économiques, les valeurs fondamentales peuvent s’avérer très différentes.

Ce n’est évidemment pas très romantique, ni très moral, ni très démocratique de dire que les gens de même milieu vivent plus heureux longtemps ensemble, mais c’est la réalité. Et la réalité ne se soucie pas d’être politiquement correcte. 

 

Il ne faut cependant pas en faire une règle absolue. Des couples de milieux très différents peuvent être heureux longtemps ensemble si les deux membres du couple ont des personnalités très similaires. Lorsque leur tempérament (base innée du caractère) et leur éducation (base acquise du caractère) sont très proches, ils pourront s’entendre sur le long terme.

 

Cela ne signifie pas non plus que nous devions être rigoureusement identiques. C’est bien d’avoir quelques éléments de complémentarité. Mais il est important de ne pas être trop différents au niveau de la personnalité.

 

Que retenir ?

La similarité des personnalités est donc un très bon départ dans le choix de notre partenaire. Si on souhaite une relation amoureuse durable, il est préférable de s’engager avec quelqu’un qui partage avec nous de nombreux traits de personnalité et des manières de vivre similaires.

 

Pour en savoir plus :

Assistez au séminaire d’une journée donné par Pascal de Sutter : 

1. L’art de la séduction au masculin : « Les secrets pour trouver l’amour réciproque avec la femme qui vous plaît…Et comment faire durer cet amour »  

2. L’art de la séduction au féminin : « Les secrets pour trouver l’amour réciproque avec l’homme qui vous convient…Et le garder »  

 

 Bibliographie :

  • Bahns, A.J. ;  Crandall, C.S. ; Gillath, O. & Preacher, K.J. (2016). Similarity in relationship as niche construction : choice, stability and influence within dyads in a free choice environment.  Journal of Personality and social  Psychology, 1, numéro de pages non disponible
  • Guéguen, N. (2014). Psychologie de la séduction. Paris : Dunod
  • Langis, P. & Germain, B. (2015). La sexualité humaine. 2e édition. Bruxelles: De Boeck.
  • Rammstedt, B. & schupp, J. (2008). Only the congruent survive- personality siminarities in couple.45, 533-535.
  • Sanchez-Fuentes, M.d.M., Santos-Iglesias, P. & Sierra, J. C. (2014). A systematic review of sexual statisfaction. The International journal of clinical and health psychology, 14, 67-75.

Si vous avez aimé cet article, partagez le!

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Pascal De Sutter // osez une vie plus palpitante